Lima
, 17. novembre 2016
La religion des populations autochtones de Shipibo

Le chamanisme ayahuasca

Le peuple Shipibo vit au Pérou en forêt amazonienne sur la rivière de Rio Ucayali. Avec environ 25.000 habitants, ils appartiennent aux populations autochtones de la région amazonienne du Pérou et vivent dans des communautés traditionnelles. Les Shipibos ont préservé leur propre langue et ont des croyances plutôt inhabituelles pour le monde occidental.

x-working L’Ayahuasca produit des visions avec des motifs et des figures géométriques
L’Ayahuasca produit des visions avec des motifs et des figures géométriques

Ce peuple ne se laisse pas dicter sa religion par un prêtre. Il vit la divinité de la forêt, de l'eau, des étoiles, des plantes, des animaux et des hommes en buvant de l’Ayahuasca. Après les rituels d’initiation, l’Ayahuasca amène ses disciples au cœur des choses et pour être accueillit par l'esprit de la forêt. L’ Ayahuasca amène la connaissance, la santé et l'amour. Ainsi, l’Ayahuasca, une boisson psychotrope d’Amazonie est au cœur du chamanisme et consommé par de nombreuses tribus indiennes.

Les indiens Shipibo maintiennent la tradition chamanique de l’Ayahuasca. Il est un précieux patrimoine de la sagesse indienne. Dans ce peuple, les hommes vont à la chasse ou à la cueillette. Les femmes, quant à elles fabriquent de l’artisanat et décorent l'ensemble du patrimoine culturel avec les « Quene ». Les Quene sont des motifs qui reflètent les structures géométriques et graphiques, les sources d’énergie et motifs psychédéliques visibles sous l’influence de l’Ayahuasca. Ces structures sont ainsi emmenées par les femmes dans la réalité et représentées par les motifs peints ou brodés sur leurs objets.

Pour les chamans Shipibo, l’Ayahuasca est inséparable de la forêt tropicale. La potion est considérée comme « l’essence de la forêt ». Grâce à la puissance de l'Ayahuasca, le chaman voit les esprits et reçoit d'eux la connaissance de la nature intime des plantes et des animaux de la forêt. C’est comme cela que le chaman apprend comment et pourquoi chaque espèce prend sa place dans le «cercle de la vie». Lors d’une cérémonie d’Ayahuasca, chaque individu peut percevoir une voix très personnelle et unique des esprits des arbres. Ce chant devra alors perdurer pour les rituels postérieurs et donner de la force pour se centrer, en même temps qu’il devra  laisser apparaître des visions plus structurées et plus claires. L’Ayahuasca est sensée aider à identifier les problèmes à l’aide de ces visions.

Le chamanisme ayahuasca des peuples autochtones d'Amazonie est une forme de se retrouver face à soi-même. Espérons que ces peuples pourront faire perdurer leurs rituels traditionnels.

© 2016 – x-working

Rechercher article

x-working Magazine d'Art - Équipe de Rédaction

L'équipe x-working de rédacteurs et traducteurs chargés d'étudier et d'écrire pour le magazine d'art:

Profile picture for user sonja.bachmann
Sonja
Bachmann
Arts Littéraires
Profile picture for user sonja_bachmann
Sonja
Bachmann
Profile picture for user Eugenia
Eugenia
Kistereva
Tirer
Profile picture for user giuliana_koch
Giuliana
Koch
Arts Littéraires
Profile picture for user mercedes_llorente
Mercè
Llorente
Arts Littéraires
Profile picture for user Giulia
Giulia
Mi
L'art dramatique
Profile picture for user annelie_neumann
Annelie
Neumann
Arts Littéraires
Profile picture for user Daria_Ivanova
Дарья
Иванова
Arts Littéraires