Cologne
, 28. novembre 2016
Le précurseur de la musique électronique

Karlheinz Stockhausen

Karlheinz Stockhausen fut l'un des compositeurs les plus importants du XXe siècle. Il reste un pionnier et une source d'inspiration importante pour un vaste cercle d'artistes. De Joseph Beuys en passant par Kraftwerk jusqu'aux DJ et aux artistes de la génération techno, tous les musiciens qui travaillent avec la musique électronique l'évoquent comme le maître du son artificiel.

x-working Karlheinz Stockhausen, Modena 2003 - (c) Rolando Paolo Guerzoni
Karlheinz Stockhausen, Modena 2003 - (c) Rolando Paolo Guerzoni

Stockhausen est né le 22 août 1928 à Mödrath près de Cologne. Même à l'école, son talent musical particulier se révélait dans son jeu de piano. Après son baccalauréat il étudia à l'Académie de musique de Cologne ainsi que la musicologie, la philosophie et la littérature allemande à l'université de Cologne. En 1950, il commença enfin à composer.

Au début, sa musique était encore dominée par le conventionnel. Mais rapidement il se tourna vers la musique sérielle et façonna le débit de la nouvelle musique en développant la technique de douze tons. Ainsi vivant il lui fut déjà assigné le rôle de théoricien majeur de la musique.

De 1963 à 1969, Stockhausen fut directeur des cours de Cologne pour la musique nouvelle. De plus, il travailla à l'étranger comme enseignant. De confession d'origine catholique, il se tourna de plus en plus vers le bouddhisme zen à la fin des années 60, ce qui se manifesta pour la première fois dans son œuvre "Stimmung" en 1968. Entre 1953 et 1998, il travailla en étroite collaboration avec le Studio for Electronic Music de la RFA. En tant que directeur artistique, il se consacre de plus en plus à la musique électroacoustique. Un engagement qui lui a valu le surnom de "Parrain de la Génération Techno". Le «cycle de la lumière» en sept parties représente le travail de sa vie, un total de 29 heures de musique réparties sur sept jours – c’est le plus long opéra de l'histoire de la musique. Dans ce cycle, Stockhausen ambitionnait de connecter l’idée scénique, visuelle, acoustique et musicale en une seule unité.

Stockhausen a expérimenté la construction de structures rythmiques complexes en superposant des mètres, semblable à un son composé de tons sinusoïdaux. Il a également commencé à composer des groupes au lieu de points. Ainsi la nouvelle vision s’est développée avec des énoncés rythmiques qui ne se rapportent pas aux durées individuelles, mais aux vitesses et aux fréquences des événements répétitifs. Il publia ces conclusions et d'autres dans l'article «Wie die Zeit vergeht».

Après l'achèvement du «cycle de la lumière», Stockhausen prépara avec attention "Son" à partir de 2004. Il considérait la composition de "Son" comme la voix de la conscience. "Son" s'agit d'une série de morceaux de concert pour un ou plusieurs solistes, avec de l’électronique live et une composition purement électronique. Dû à la mort soudaine de Stockhausen en 2007, seules 21 des 24 des parties prévues - qui correspondent aux 24 heures de la journée – ont pu être complétées.

© 2016 – x-working

Rechercher article

x-working Magazine d'Art - Équipe de Rédaction

L'équipe x-working de rédacteurs et traducteurs chargés d'étudier et d'écrire pour le magazine d'art:

Profile picture for user sonja_bachmann
Sonja
Bachmann
Profile picture for user sonja.bachmann
Sonja
Bachmann
Arts Littéraires
Profile picture for user Eugenia
Eugenia
Kistereva
Tirer
Profile picture for user giuliana_koch
Giuliana
Koch
Arts Littéraires
Profile picture for user mercedes_llorente
Mercè
Llorente
Arts Littéraires
Profile picture for user Giulia
Giulia
Mi
L'art dramatique
Profile picture for user annelie_neumann
Annelie
Neumann
Arts Littéraires
Profile picture for user Daria_Ivanova
Дарья
Иванова
Arts Littéraires