Berlin
, 28. novembre 2016
Pionnier de la musique électronique

Cristian Vogel

De son nom on pourrait penser qu'il est allemand. Mais il ne l'est pas. Cristian Vogel est né au Chili. Déjà à la fin des années 80, il fit ses débuts dans la musique électronique. À cette époque, il produisait des breakbeats minimales. Aujourd'hui on peut dire de Cristian Vogel qu'il a donné à la techno un style propre.

x-working Espace de travail pour DJ.
Espace de travail pour DJ.

Lorsque Cristian avait deux ans, sa famille déménagea avec lui à Brighton. Adolescent, il écoutait du skate punk et jouait dans plusieurs groupes, qui n'avaient cependant pas de succès. Avec l'influence de la scène musicale de Brighton comme source d’inspiration, son intérêt pour la musique programmable grandit. Vogel apprend le fonctionnement des synthétiseurs et des échantillonneurs de façon autodidactique.

En 1990 apparait sa première piste de breakbeat simple, qui s’est bien vendue tout au long de l'édition. Cristian Vogel s'est ensuite inscrit à l'université de Brighton sur le thème «musique du 20e siècle». Là, il a été autorisé à utiliser le studio qui était équipé de cloches et de sifflets. Son tuteur était Jonathan Harvey, ancien élève de Karlheinz Stockhausen. A cette époque, Vogel et Si Begg exploitaient un petit label de cassettes. Grâce à son expertise croissante basée sur ses études, Vogel a envoyé une bande de démonstration au producteur Dave Clarke en 1992. Clarke a aimé ce qu'il a entendu et a permis à Vogel de sortir deux EP sur son label "Magnetic North".

Ainsi les fondations furent posées. La popularité de Vogel augmenta. D'autres EP avec "Mille Plateaux" de Francfort et d'innombrables représentations dans toute l'Europe suivirent. En 1994 sort le premier LP du francfortois Vogel intitulé «Beginning to Understand» et quelques EP sur «Trope» de Thomas Heckmann. Fasciné par la scène underground allemande, le chilien a très souvent visité le "Tresor" à Berlin. Portant le label propre du Tresor, l'album "Absolute Time" sortit en 1995. Dans la même année, l’exceptionnel DJ fonda le label "Mosquito" avec Si Begg, avec lequel il organisait aussi une soirée hebdomadaire techno club à Brighton, appelée "The Box". Pour le label Mosquito Neil Landstrumm a été engagé entre autres ; il a produit quelques très bonnes versions avec Tresor Records.

En 1996, le tournant de la vision de Cristian Vogel sur la techno commença. De son point de vue, il y avait alors un manque de flexibilité et d'innovation. Il fonda alors la «No Future Organization» pour coordonner ses activités avec celles de Si Begg et Neil Landstrumm. De plus, No Future fut une plate-forme pour les activités culturelles à Brighton. En 1997, Vogel finit par sortir de la scène techno. L'album «All Music has come to an End» apparaît.

L'artiste d’exception entamera son prochain projet avec Jamie Lidell. Il sortit Vogel hors de sa profondeur. Ensemble, ils fondèrent «Super Collider». Le projet combina techno, funk et chant. L'album "Head On" a ensuite été considéré comme l'un des meilleurs disques de l'année 1998.

Le dernier album solo de Vogel est apparu en 2014 sur le label berlinois Shitkatapult. Il porte le nom "Polyphonic Beings". Entre-temps Cristian Vogel déménagea aussi dans la capitale techno Berlin. Il considère la ville comme une source d'inspiration pour sa musique.

© 2016 – x-working

Rechercher article

x-working Magazine d'Art - Équipe de Rédaction

L'équipe x-working de rédacteurs et traducteurs chargés d'étudier et d'écrire pour le magazine d'art:

Profile picture for user sonja_bachmann
Sonja
Bachmann
Profile picture for user sonja.bachmann
Sonja
Bachmann
Arts Littéraires
Profile picture for user Eugenia
Eugenia
Kistereva
Tirer
Profile picture for user giuliana_koch
Giuliana
Koch
Arts Littéraires
Profile picture for user mercedes_llorente
Mercè
Llorente
Arts Littéraires
Profile picture for user Giulia
Giulia
Mi
L'art dramatique
Profile picture for user annelie_neumann
Annelie
Neumann
Arts Littéraires
Profile picture for user Daria_Ivanova
Дарья
Иванова
Arts Littéraires